Accueil / Vidéos / Tranchefile manuelle
Tranchefile manuelle-atelier de reliure

Les broderies en reliure

Les tranchefiles

Introduction

Les tranchefiles manuelles, ces broderies que l’on trouve en tête et en queue des livres servaient non seulement à

  • les décorer mais à l’origine, surtout
  • à consolider la tête et la queue du dos ainsi que l’articulation des ais.

Les tranchefiles pouvaient être formées par une broderie secondaire indépendante des cahiers du livre, confectionnée sur une tranchefile primaire qui servait de support. Celle-ci était elle même brodée et fixée aux cahiers à intervalles réguliers et était attachée aux ais du volume. Au cours des âges, les tranchefiles ont dégénéré jusqu’au point de se présenter parfois même sous la forme d’un morceau de papier joliment hachuré de lignes peintes à la main imitant la broderie et enroulé sur une ficelle ou encore de tranchefile mécanique vendue au mètre.

Tranchefile – Quelques conseils

Une belle tranchefile faite à la main s’attache solidement par des points de passe fréquents dans le fond des cahiers. Pour un repérage plus aisé, on peut marquer le centre de chaque cahier avec de fines bandes de papier, de préférence non-acide, au cas où l’on oublierait d’en retirer quelques-unes. En général, il est préférable de piquer le point de passe au niveau de la chaînette. Cependant, Bernard Middleton dit n’avoir guère observé d’affaiblissement de la tranchefile dans les volumes dont le point de passe est situé ailleurs. Seule l’expérience peut apprendre quand et comment bien tendre les fils de la tranchefile. Quand ils sont de part et d’autre du support, il est important

  • de les tendre de manière égale pour obtenir des points réguliers.
  • que les points s’alignent par rapport aux cahiers.

Pour confectionner une tranchefile bien serrée et pour éviter les jours entre les points, il est utiles de les pousser les uns contre les autres avec l’aiguille ou l’ongle au fur et à mesure de la confection de la broderie.

Bibliographie