Accueil / Cours de reliure et cartonnage / Papier marbré à la cuve
Cours de papier marbré à la cuve - Atelier de reliure

Papier marbré à la cuve et ses fondamentaux

Stage

La technique du papier marbré à la cuve s’appuie sur la préparation

  • d’un bain de gomme adragante ou de carraghénane. Le carraghénane est un un extrait d’algues rouges qui facilite la plasticité des couleurs à la surface de l’eau par ses vertus stabilisantes et épaississantes.
  • de pigments avec le fiel de boeuf pour permettre aux couleurs de rester en suspension sur la surface du bain. Il sert également de liant.

Initiation aux techniques des motifs cailloutés, peignés.
Une fois le principe acquis, l’espace créatif que vous offre cette activité est illimité.
Par analogie à l’aspect du marbre, le papier marbré est utilisé en reliure pour les feuilles de garde à partir du XVIe siècle.

Je remercie Baykul Baris Yilmaz marbreur d’excellence qui m’a fait découvrir ses créations. Il est à l’honneur dans Art&Métiers du livre N°321.

Les origines du papier marbré à la cuve ou ebrû

Depuis le XVe siècle, au moins, l’Empire ottoman cultive le savoir-faire de l’ebrû, probablement importé d’Asie centrale, technique permettant la réalisation

  • des décors inimitables sur papier,
  • utilisé notamment pour les plats et les pages de garde des livres.

Istanbul abrite alors de nombreux relieurs, enlumineurs et calligraphe. Le plus ancien ebrû connu à ce jour provient du palais de Topkapi. Daté de 1539, on le trouve dans un ouvrage signé de Arifi.

Le papier

Le papier, du latin papyrus, est apparu officiellement en Chine au IIème  siècle après J.-C.
En 105, le directeur des ateliers impériaux, Ts’ai Louen présenta à l’Empereur une pâte composée d’écorce de mûrier, de chanvre, de vieux tissus de toile ou de filets de pêcheurs qui, une fois séchée permettait l’écriture.
Cependant, on trouvera également en Chine datée de la première moitié du IIème siècle avant notre ère, un fragment de carte attestant que le papier existait déjà depuis longtemps.
En 751 après J.-C. les arabes font prisonniers des papetiers chinois pendant la bataille de Talas (ville du Kirghizistan en Asie centrale) et introduisent par eux, la technique du papier à Samarkand, puis à Bagdad et à Damas où les prisonniers étaient vendus.

Au fur et à mesure des conquêtes arabes, la fabrication du papier se répandra en Europe, en Sicile et en Espagne au XIIème siècle, puis en Fance au milieu du XIIIème siècle.
Valence, vu le premier moulin à papier d’Europe. Celui de Richard de Bas (Auvergne) créé en 1326 est l’actuel musée du papier.
L’invention de l’imprimerie au XVème siècle consacra définitivement ce nouveau support de l’écrit.

Musée du papier

 

Étiquettes :