Accueil / Actualités / Abbaye de Sainte Lioba Formation
Abbaye de Sainte Lioba-Programme de formation en reliure

Programme pédagogique

Mode opératoire de la reliure traditionnelle

  • Révision de la chronologie des étapes du mode opératoire

  • L’endossure

  • Comment obtenir un mors régulier

Conseils et mis en application dans l’Abbaye de Sainte Lioba

  • Pose des gardes couleur

  • Les étapes pour un travail soigné

Conseils et mis en application dans l’Abbaye de Sainte Lioba

Reliure traditionnelle

Je remercie les moniales de l’atelier de reliure de l’Abbaye de Sainte Lioba pour leur écoute, sérieux et chaleureux accueil lors de cette journée de conseils.

L’atelier des moniales

Abbaye de Sainte Lioba-Formation reliure

Lioba de Tauberbischofsheim, née entre 700 et 710 dans le Wessex, en Angleterre et décédée le 782 à Schornsheim  (Hesse rhénane), était une religieuse bénédictine d’origine anglo-saxone, missionnaire dans les pays germaniques.

Lioba, en langue germanique veut dire « amour, bonté », c’est une surnom que ses parents lui ont donné, en plus du nom anglo-saxon « Truthgeba » parce que tout le monde l’aimait.

Sainte Lioba – Biographie

Sainte Lioba, enfant d’une famille noble très croyante, fut une disciple de Saint Boniface, son oncle. Elle entra très tôt dans le monastère de Wimborne où moines et moniales bénédictins formaient une même communauté, pour son éducation.

A la demande de Boniface,

  • elle se rendra plus tard en Germanie avec Walburge.

Abbaye de Sainte Lioba-Harpe-Atelier de reliure

Lioba fonda son premier monastère à Tauberbischofsheim, un soutien silencieux pour les missionnaires. Une amitié profonde la lia à Boniface, elle se retira comme abbesse de Tauberbischofsheim pour mener une vie de solitaire avec quelques compagnes.

Elle passa les dernières années de sa vie dans la prière et la solitude. Elle mourut en  et fut enterrée dans le choeur Est de la collégiale e l’abbaye de Fulda. Vers 820, Eigil de Fulda dit transférer ses reliques à la basilique de Ratgar (avec l’autorisation de Haistulph, l’archevêque de Mayence), où elles furent placées dans la nef Sud à côté de l’autel de Saint Ignace.