Accueil / Actualités / Exposition « Rouge Passion »

« Rouge Passion »,

La pourpre était extraite de mollusques gastéropodes, les murex (dits aussi escargots de mer), beaux animaux à la coquille hérissée d’épines.

Les coquilles se trouvaient en quantité sur les bords de la méditerranée, elles étaient prélevées aux temps anciens des cananéens sur les côtes de Phénicie, celle du Péloponnèse et du nord de l’Afrique. Selon qu’elles étaient recueillies au nord de la méditerranée, elles étaient plus sombres, passant au violet dans les régions moyennes, et offrant un rouge bien pourpre dans les régions méridionales. Son coût de revient très élevé réservait son usage à des étoffes destinées aux dieux et aux classes dirigeantes des sociétés entourant la méditerranée.

Il faut 8000 de ces mollusques (chair) pour produire 1 gramme de colorant

Produite par les Phéniciens (teinture avérée en 1500 BC à Ougarit, puis, à très grande échelle et durablement à Tyr et Sidon), dans les Cyclades et en Israël, elle symbolisa un haut rang social chez les Gréco-romains ainsi que dans nombreuses civilisations. A Rome, elle était l’apanage des consuls, des triomphateurs puis des empereurs (color oficialis, exclusive sous peine de mort sous Néron). Dans l’empire romain d’Orient, elle représenta la dignité impériale : les enfants royaux nés sous le règne de leurs parents étaient dits « porphyrogénètes », c’est-à-dire « nés dans la pourpre ». On utilise alors celle-ci comme teinture, mais aussi comme encre pour les documents officiels ou religieux, selon des modalités d’emploi assez complexes.

Pour les rois francs et les évêques et cardinaux catholiques, la pourpre, arborée par le biais du vêtement, était le symbole d’un pouvoir. Des exemples du même type sont innombrables de par le monde.

http://www.maisondelartisanat.org/agenda.htm